Bonjour à tous!

Après avoir dépassé les 90h de jeu et joué pendant plus de trois mois maintenant, j’estime que j’ai pu prendre assez de recul afin de pouvoir vous parler d’Overwatch dans sa globalité, et vous dire concrètement ce que vaut le jeu.

Cela faisait maintenant près d’une dizaine d’années que Blizzard n’avait pas lancé une nouvelle licence. Né des cendres du projet MMORPG abandonné nommé Titan, Overwatch est annoncé en grandes pompes à la Blizzcon 2014. Blizzard se lance alors dans la guerre des FPS, à l’écart néanmoins de CoD et Battlefield, partant sur une direction artistique plus cartoonesque et un gameplay plus centré sur l’équipe et à personnages uniques.

Overwatch prend place dans le futur, dans un monde où humains et robots cohabitent (robots qui sont appelés omniums ici). Une guerre a cependant éclaté entre eux, la Guerre Omniaque, qui a poussé les gouvernements à former un groupe d’unités d’élites, baptisé Overwatch, pour rétablir la paix dans le monde. A l’heure où se déroule l’action du jeu, l’organisation a su rétablir la paix, mais l’organisation a été dissoute, après que celle-ci ait subi de multiples remises en cause sur ses actes, et que leur quartier général ait été détruit lors d’une querelle entre les deux chefs du groupe, Jack Morrisson et Gabriel Reyes. De nouvelles organisations criminelles en ont ainsi profité pour refaire surface et menacer une nouvelle fois le monde.

Je ne vais pas continuer de détailler l’histoire, ceci était en guise d’introduction, mais pour en savoir plus vous pouvez jeter un œil au site du jeu qui regorge de détails, avec l’histoire globale via des textes et même des bandes dessinées,  ainsi qu’aux fabuleux courts-métrages d’animation réalisés en amont de la sortie (celui-ci explique dans quelles circonstances Winston rappelle les héros, et je vous conseille vivement de regarder les suivants, ce sont de petits bijoux d’animation).

Bref, vous l’aurez deviné, bien que le jeu soit exempt de mode solo, l’univers sur lequel il repose est bien fourni. Passons au jeu en lui-même à présent. Overwatch est un FPS dans lequel 2 équipes de 6 joueurs s’affrontent dans différents modes de jeu. Il y a un mode Roi de la Colline, où les deux équipes se battent pour un même point qu’ils doivent posséder un certain temps pour gagner ; on a ensuite le mode Convoi, où une équipe doit emmener un convoi au bout de la carte pendant que l’autre défend, et enfin le mode Assaut, où l’attaque doit prendre deux points fixes pendant que l’autre équipe les défend.

Peu de modes donc mais tout de même un lot conséquent de cartes, sachant que certaines allient le mode Convoi et l’Assaut, en posant comme objectif un point et un payload. Les cartes sont pour la majorité bien pensés, et ont toute une identité nette, chacune reconnaissable au premier coup d’œil. Et elles sont aussi très belles, avec des ambiances singulières, on pense notamment à Dorado, où l’on traverse une place en fête avant de s’enfermer dans une centrale à l’architecture totalement décalée avec le reste des bâtiments, ou encore Eichenwalde, un village abandonné regorgeant de détails, surplombé d’un immense château. Pour finir sur les détails graphiques, il en va de même pour les héros, tous différents avec bien entendu un background plus ou moins étendu, et en jeu l’animation est on ne peut plus fluide, le jeu a ce côté cartoon qui le rend très agréable à regarder; ça fourmille de détails, sans tomber dans le fouillis total, notamment dans les phases de combat d’équipe.

Du point de vue du contenu brut, Blizzard semble prendre comme plan de mise à jour un héros ou une carte à chaque saison, sans compter les skins et autres récompenses/évènements en jeu qui peuvent survenir en même temps. Ainsi depuis la sortie le 24 mai dernier, un héros (Ana) et une carte (Eichenwalde) ont été ajouté, et il y a eu un évènement d’été à l’occasion des JO. Votre compte est associé à un niveau, qui fait plus office de niveau d’expérience et de temps de jeu que d’un niveau d’aptitude, qui est révélé quant à lui grâce aux parties classées. A chaque niveau gagné, vous obtenez un coffre contenant des skins, icônes, tags et autres récompenses cosmétiques pour vos héros. Vous pouvez bien entendu acheter avec vos sous des coffres, mais aussi acheter directement les récompenses grâce à la devise du jeu, accumulés via les coffres et les doublons d’items obtenus.

screenshot_16-06-27_00-46-08-000
Le genre d’items rares que vous obtenez dans les boîtes….1 fois sur 100

En terme de contenu limité ou ponctuel, Overwatch dispose, à la manière d’Hearthstone, d’un mode hebdomadaire changeant toutes les semaines, ou restant toute la durée d’un évènement spécial ou mise à jour importante. Les mises à jour correctives sont également très régulières, notamment sur PC, et peuvent être différentes d’un support à l’autre, étant donné que certains personnages sont plus forts ou plus faibles en jouant au clavier/souris plutôt qu’à la manette.

Côté gameplay, le jeu est ultra plaisant à jouer, et ce quelque soit votre niveau de jeu. Il y a toujours un héros que vous pouvez jouer correctement même si vous n’êtes pas un pro de la gâchette, notamment grâce aux capacités et à l’ultime. Les contrôles sont simples, et la latence générale a été largement amélioré depuis la sortie, donnant une précision de tir moins frustrante. Le plus dur sera évidemment d’apprendre à jouer les héros, mais surtout les cartes, savoir où vous pouvez vous replier, vous soigner, etc. Mais globalement, la courbe de progression est relativement équilibrée, surtout que Blizzard a eu la bonne idée de créer un mode Coop vs IA pour aider les néophytes avant de se perdre dans la jungle en ligne, et les capacités et les ultimes sont là pour dynamiser les parties, même à bas niveau.

En partie rapide, les combinaisons de héros sont assez grandes, sachant que vous pouvez avoir plusieurs fois le même héros dans votre équipe, ce qui peut parfois amener à des situations très drôles pour vous, et très énervantes pour les ennemis. Mais ça marche dans les deux sens. Après en règle générale il y a toujours de quoi trouver le déclic pour percer une défense ou endiguer une attaque déchaînée dans les derniers instants. Overwatch crée souvent des moments de tension assez intenses, notamment dans les situations de prolongations, ou à cause d’une défense insoutenable sur un même point depuis 10 minutes, ce qui rend le jeu passionnant dans la victoire comme la défaite. Chaque dénouement épique est une histoire à raconter dont on retient ce qui a fait pencher la balance pour les victorieux: un ultime bien placé, un changement de héros opportun.

Parlons-en d’ailleurs du changement de héros, une mécanique de jeu importante ayant souvent son importance dans des parties mal embarquées. Certains héros souffrent bien plus face à d’autres, typiquement un Faucheur fait excessivement peur aux tanks comme Chopper et Winston, et il faut savoir s’en servir. C’est très utile à bas niveau pour commencer à voir les forces et faiblesses des héros contre d’autres, et cela peut débloquer des situations que l’on pensait impossible à résoudre. Un autre point intéressant à noter en ce qui concerne le gameplay: le sound design, qui est globalement excellent. A force on arrive à discerner d’où proviennent les projectiles ou si un ennemi est proche de nous (on peut même deviner qui c’est grâce aux bruits de pas propres à chaque héros, sauf Zenyatta parce qu’il vole, il s’en fiche), et la technologie Dolby Atmos facilite la spatialisation audio pour le joueur, une donnée extrêmement utile pour les plus expérimentés. Mention spéciale également aux musiques qui sont elles aussi très bonnes, que ce soient les thèmes des cartes, ou les musiques d’ambiance.

Toute cette intensité de jeu dont je viens de vous parler s’amplifie encore en parties classées. Les parties gagnant en intérêt, elles deviennent alors plus stratégiques et forcément plus intéressantes à jouer. N’y voyez pas là un but suprême cependant, ce n’est pas mon propos. Chacun est libre de jouer et de s’épanouir dans un mode précis et d’apprécier le jeu à sa manière. Certains ont la fibre compétitive, d’autres seulement envie de se défouler, et Overwatch de ce point de vue répond parfaitement à ces attentes. Petit bémol cependant sur le système des classées, encore un peu en chantier et qui mériterait d’être étoffé. Le système semble essayer de créer un niveau moyen, un intervalle de score dans lequel on retrouve une majorité de joueurs, avec ensuite les plus mauvais et les meilleurs qui s’en détachent. On a alors un espèce de ventre mou, qui laisse planer un mauvais semblant de hasard sur le vrai niveau de nos coéquipiers et ennemis d’un match au lieu d’être à l’équilibre, ce qui peut rendre les parties classées frustrantes voir injustes si on est classé dans cette intervalle.

screenshot_16-09-22_18-09-58-000
Le système vous classe entre un score de 0 à 5000 après 10 matchs de placement.

N’oublions pas enfin qu’en plus d’un chat écrit il y a un chat vocal intégré dans ce jeu, ce qui est indispensable pour un FPS aussi rapide. Dans mon cas, le chat vocal a été une expérience positive, de mémoire je n’ai eu à couper le micro qu’une seule fois pour un coéquipier lourd, sinon en général ça se passe bien, et j’ai même fait ami ami avec d’autres joueurs plutôt sympas, et les parties sont on ne peut plus passionnantes lorsque l’on joue en groupe.

Je pense avoir fait le tour de ce Terminus sur Overwatch, je m’arrête volontairement car je serai capable d’en écrire bien plus, sûrement trop, mais ici c’est ce qu’il y a de plus important à retenir.

Overwatch est définitivement un excellent jeu. On peut lui reprocher d’être effectivement pauvre en contenu brut encore à l’heure actuelle,  mais le plaisir de jeu y est, on fait fit du manque de cartes et de modes tant les parties peuvent se dérouler différemment d’une partie à une autre. Elles s’enchaînent rapidement et agréablement en solo, et elles le sont encore si on est bien accompagné. Je ne peux que vous conseillez d’acheter Overwatch si vous aimez les jeux dans le style de Quake, ou encore de Team Fortress, surtout si vous pouvez y jouer avec des amis. La hype est peut-être retombée, mais Blizzard réalise un suivi exemplaire, et est à l’écoute d’une communauté qui regorge de bonnes idées et d’inventivités. En bref, Overwatch est un agréable FPS, qui vient donner un vent de fraîcheur à cette catégorie de jeu qui reste d’habitude cloîtré au pan pan boum boum réaliste. Ici vous pouvez buter des gens à coup de babouche d’un moine robot, et personne ne viendra dire que c’est débile, au pire c’est juste très humiliant pour votre cible!

Overwatch est disponible sur PC, Xbox One et PS4 (mais prenez-le sur PC), à 59,99€ en édition Origins sur tous les supports, et à 39,99€ pour l’édition de base sur PC uniquement (si cela n’a pas changé)

Merci à vous d’avoir lu cet article, n’hésitez pas à garder dans un coin de votre navigateur mon blog si vous souhaitez lire les prochains posts!

BONUS: J’ai fait une compilation de quelques Play of the Game que j’ai réalisé si vous êtes curieux:

Publicités

Une réflexion sur “Terminus : Overwatch

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s