Bienvenue dans ce premier Flashback, consacré au studio SuperGiant Games!

Ce petit studio indépendant a sorti deux jeux seulement, qui sont Bastion et Transistor. Deux excellents jeux, ayant raflés de multiples récompenses pendant leur année de sortie.

Un succès bien mérité, les deux présentent des univers originaux et assez riches, que l’on s’amuse à explorer avec des personnages attachants, un gameplay bien pensé pour chaque jeu, avec une difficulté bien dosée mais aussi réglable par le joueur.

Ce qui est intéressant avec ces titres, c’est que même si leurs univers sont totalement différents, ils partagent des similitudes nettes dans leur façon de présenter l’univers, les personnages, ainsi que dans les mécaniques de jeu.

Panique à l’horizon

Ces similitudes apparaissent dès le départ, dès la première minute dans les deux jeux. Bastion s’ouvre sur une vue sur notre protagoniste, le Kid, seul dans une maison délabrée, elle même esseulée dans un environnement dévasté. Le jeu est perturbant dès le départ, la façon de progresser décalée, car c’est en avançant que le chemin se dessine et que les plateformes s’affichent (non clairement faut y jouer, le décrire à l’écrit c’est dur).

Du côté de Transistor, on nous dévoile Red, l’héroïne, devant un homme transpercé par une épée qui….semble nous parler. Y a de quoi être perplexe. Après avoir récupéré l’épée, on évolue alors dans une ville sans vie, apparemment sous le contrôle d’une armée de robots qui en ont après Red.

Dans les deux jeux, on est ainsi lâché dans l’univers sans en connaître le contexte, sans PNJ pour nous guider, seulement un narrateur énigmatique.

the_kid_by_causeimdanjones-d52w4du

Réalisé par CauseImDanJones

Very bad trip

Et ce narrateur est présent dans les deux jeux, omniscient dans Bastion, mais interne dans Transistor. Si ce dernier est là, c’est aussi parce que le Kid et Red ne parlent pas, enfin, l’un n’ouvre pas sa bouche, alors que l’autre a perdu sa voix. Seule Red communique par le biais de messages écrits sur des panneaux d’affichage disséminés dans la ville.

De plus, on rencontre très peu de personnages secondaires dans les deux jeux, la narration se faisant ainsi seulement via le narrateur ou via des objets et des documents que vous récupérez au cours de votre avancée. Dans les deux cas, cela force le joueur à fouiller dans son environnement proche pour savoir ce qui se passe (du moins en savoir plus, le narrateur en racontant suffisamment pour ne pas vous laisser totalement dans le flou).

transistor____hasshin__by_jenzee-d7j2pa5
Fanart réalisé par JenZee

Seul contre le monde

Les mondes dans lesquels évoluent Red et le Kid sont exempts de vie humaine ou presque, les opposant à des monstres pour le moins variés. Ce qui me permet d’enchaîner sur le gameplay. Les deux jeux peuvent être qualifier d’action-RPG. Dans Bastion, on dispose d’un arsenal d’armes intéressant, le Kid peut en porter deux et chacune possède une ou plusieurs capacités spéciales, utilisable contre un élixir spécial. Ajoutez à cela des boissons vous permettant d’améliorer passivement certaines de vos caractéristiques, et vous êtes parés pour aller dézinguer du méchant joyeusement. Le gameplay est de mon point de vue super agréable, chaque arme a ses avantages et mieux on s’en sert, plus on débloque de capacités à utiliser.

Transistor se la joue plus tactique. Red dispose d’un arsenal de capacités bien plus important et versatile. Autour de 4 capacités actives choisies, on peut y ajouter des capacités passives, ou améliorer les actives grâce aux capacités non utilisés, permettant de créer de redoutables combinaisons, le tout devant néanmoins ne pas dépasser un certain seuil d’énergie. Une personnalisation des compétences très complète donc, allant de pair avec le système de combat. On peut jouer en temps réel, de manière classique, cependant Red est très fragile. Alors on se sert surtout du Turn(), une fonction du Transistor permettant à Red d’arrêter le temps et de planifier ses actions pour les exécuter en une fraction de seconde. Maîtriser cette technique est primordiale car la majorité des ennemis peuvent tuer Red entre deux Turn() si on a mal joué ( en réalité vous perdez une à une vos capacités en perdant votre barre de vie avant de mourir, et il faudra atteindre un point de sauvegarde pour les récupérer).

Vous reprendrez un peu de sel sur votre clavier?

Si vous n’avez pas froid aux yeux d’ailleurs, Bastion et Transistor laissent la possibilité de pimenter le jeu via des modules qui rendent la progression plus difficile. Plus de monstres, moins de vie, une pénalité en cas de mort, etc, tout est là pour vous rendre la vie plus compliqué. Mais c’est au goût de chacun, c’est surtout pour donner un peu plus de challenge, notamment pour Bastion qui est le jeu le plus simple des deux, la récompense en terme d’XP pour votre héros reste un peu anecdotique. C’est vraiment appréciable je trouve pour la rejouabilité de ces jeux, pour que chacun y joue à sa façon, et dans le cas de Transistor cela rajoute une valeur ajoutée à la réflexion sur la personnalisation des capacités.

red_run_by_haryarti-d7ls6x1
Réalisé par haryarti

♪ When you speak I here silence… ♫

Les forces du gameplay de Bastion et Transistor sont au service finalement d’histoires construites intelligemment et intéressantes, auxquelles les musiques de Darren Korb subliment l’ambiance et le charme des zones dans lesquels évoluent les personnages. Le Kid, mais surtout Red, sont des personnages attachants et intriguants, dommage que l’on en sache si peu sur le premier au bout du compte, car le background Red est beaucoup développée dans Transistor que lui dans Bastion. Enfin n’oublions le style graphique très relevé qui n’est pas sans rappeler la patte artistique d’Ankama Games, débordant de couleurs dans les deux jeux et très agréable en terme d’animation.

Bastion et Transistor sont ce genre de pépite vidéoludique qu’il est toujours intéressant d’expérimenter et qui sont rafraîchissants du point de la mise en forme scénaristique, mais aussi dans le gameplay global, très original pour le cas de Transistor. Supergiant Games s’est imposé en deux jeux comme un studio indépendant à suivre de près, et on espère qu’ils continueront sur leur lancée!

Bastion et Transistor sont disponibles sur Steam; consoles old gen/next gen pour Bastion et PS4/PSVita pour Transistor. Ne partez pas si vite! J’en profite pour vous partager deux musiques provenant des soundtracks réalisées par Darren Korb pour les jeux.


Merci à vous d’avoir lu cet article, j’expérimente un peu une autre façon de présenter les jeux, l’idée du flashback est de pouvoir vous montrer les jeux qui m’ont marqué par le passé avec mon opinion qui vient s’agrémenter, alors que j’essaie de rester objectif pour les Terminus. Je vais essayer en tout cas d’améliorer le format.

A très bientôt!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s