Impressions sur mon expérience du HTC Vive

Impressions sur mon expérience du HTC Vive

Bonjour à tous!

Le premier article de l’année 2017 s’est fait attendre, mais reprenons sur de bonnes bases avec un sujet qui sort un peu de l’ordinaire sur mon blog.

On va aujourd’hui parler de réalité virtuelle, cette technologie en pleine essor qui permet à son utilisateur de se plonger dans un monde virtuel et d’évoluer dans ce dernier.

J’ai eu la chance de pouvoir le tester à de nombreuses reprises, et j’estime que je peux vous donner mon ressenti sur cette expérience après avoir pu jouer à pas mal de jeux.

Le casque de réalité virtuelle avec lequel j’ai joué est le HTC Vive, l’un des derniers nés parmi les casques VR. Je ne peux pas faire de comparaison avec le PSVR ou l’Oculus Rift, ne les ayant jamais testés, alors on va simplement passer en revue le casque en lui-même en premier lieu.

Le HTC Vive, c’est un casque vous l’aurez compris, mais comme vous avez pu le voir au dessus c’est aussi tout un système de spatialisation 3D et de détection de mouvements, grâce aux 2 manettes et aux capteurs fournis avec ce dernier. Vous devez avant toute chose vous placer avec le casque dans un espace suffisant pour positionner les capteurs et calibrer l’espace de jeu, afin de pouvoir jouer sans avoir peur de casser quoique ce soit. Les manettes sont plutôt légères, avec une bonne prise en main. Quant au casque, ce dernier peut paraître un peu lourd à porter, mais on s’y fait assez rapidement, et on peut assez bien régler la position de ce dernier une fois mis sur la tête. La résolution de l’écran dans le casque est globalement satisfaisante, bien que les pixels soient par moment bien visibles selon le jeu auquel on joue. La finition globale du casque et des manettes est soignée.

Bien entendu, le cœur du sujet n’est pas le matériel en lui-même, bien que celui-ci soit tout de même assez impressionnant, et il continue d’étonner lorsque l’on commence à jouer, notamment en termes de précision. Il y a 4 jeux dont je souhaite vous parler auquel j’ai pu jouer sur le HTC Vive.

Windlands

447-149292-windlands

Windlands est le premier jeu auquel j’ai joué sur HTC Vive. Parce que si on teste le Vive, autant voir tout de suite si j’ai le vertige ou des maux de tête grâce à un jeu de plateforme 3D. Dans Windlands, vous parcourez un monde situé dans les cieux, avec des îles flottantes, et vous devez passer d’île en île, d’obstacle en obstacle, en vous agrippant d’arbre en arbre grâce aux grappins. Windlands est de loin l’expérience la plus grisante que j’ai eu sur le HTC Vive. Les sensations de vitesse, de hauteur, d’immensité du monde sont immédiates, malgré la simplicité des décors.

Et on se confronte tout de suite au premier souci que peut poser la réalité virtuelle, à savoir l’interaction avec l’oreille interne. A la différence des autres jeux dont on parlera ensuite, Windlands vous permet de vous diriger comme-ci vous marchez en appuyant sur la manette, puis vous tournez en bougeant la tête dans la direction voulue. Or nous restons statique, et notre oreille interne déteste cette situation. De même que lorsque je prenais de la vitesse ou sautais, je basculais plus ou moins sur ma position. Alors soit on a de la chance et on est peu sensible à cet effet, soit on se sent vite malade après seulement 5 minutes.

Pour ma part, les 5 premières minutes ont été effectivement un peu difficile, mais j’ai tenu bon et j’en suis sorti ravi, j’ai adoré cette session de gameplay sur Windlands, cette liberté quasi-totale de pouvoir voltiger de plateforme en plateforme. Et ce sentiment devient de plus en plus fort au fur et à mesure que l’on s’améliore, on peut se permettre d’aller plus vite, de sauter plus haut, s’agripper plusieurs fois avant de retoucher le sol tel SpiderMan! Ce jeu est tout simple, mais c’est exceptionnellement fun à jouer si vous ne subissez pas trop de mauvaises sensations liés à l’oreille interne. Je vous encourage à regarder cette vidéo pour vous donner une idée du niveau de hype que j’avais en jouant à ce jeu.

Audioshield

Si vous êtes adepte d’Osu!, ou même de Just Dance, alors Audioshield est une expérience à faire. En jeu, vos manettes se transforment en boucliers bleu et orange avec lesquelles vous devez parer les projectiles (avec la couleur associée au bouclier), tombant du ciel au rythme de la musique. Et bien entendu, vous pouvez importer de la musique pour vous amuser dessus, le jeu calibre le niveau en fonction de la musique utilisée, comme un certain Audiosurf.

Dans ce jeu donc, on reste plutôt statique, étant donné que les projectiles viennent à nous. N’allez pas croire cependant que c’est une partie de plaisir, du moins pas si vous réglez la difficulté au maximum, ça devient assez épuisant mine de rien après 3 ou 4 parties. De plus, il existe plusieurs types de boucliers associés à vos manettes : certains vous forceront à mettre plutôt les avant-bras face aux projectiles, d’autres directement les poings. Grosso modo du coup, vous aurez l’air plus ou moins bêtes devant vos amis qui vous regardent gesticuler dans tous les sens. Mais le jeu est vraiment fun et simple, et surtout ne risque pas de donner le vertige comme un Windlands ou le jeu suivant.

RedOut

On va faire simple ici : RedOut, c’est WipeOut, version VR. Pour ce jeu, on joue exceptionnellement avec une manette classique, mais toujours avec le casque sur la tête. Tout comme Windlands, le jeu est assez frénétique, donc faites attention aux maux de tête. Si vous passez outre, alors bienvenue dans le temple de la vitesse. On revient aux sources des Wipeout et F-Zero en faisant des courses à toute allure sur des circuits futuristes et colorés (peut-être un peu trop aussi, les effets de lumière pètent de partout, et l’effet pixel est assez marqué dans RedOut).

Le jeu est de plus extrêmement complet, avec un mode carrière, différents modes de jeu pour les courses comme dans Wipeout, un système d’upgrades pour son vaisseau, il y a vraiment de quoi faire. Les vaisseaux ont aussi des caractéristiques faisant varier la vitesse, l’accélération ou encore la maniabilité du vaisseau. Et mine de rien ça joue car en montant de niveau dans le mode Carrière, les adversaires deviennent de plus en plus forts, et la complexité de circuit vous demandera d’être assez solide niveau pilotage.

Portal Stories VR

header

Alors que l’on soit clair : non. Portal Stories n’est pas l’expérience Portal original. il faut dire que le pourcentage qui dégueulerait après avoir passé un portail de téléportation comme dans Portal à 300km/h pourrait être de 100%. Du coup, on joue dans l’univers de Portal, mais avec une sorte de translocateur, vous permettant de vous téléporter là où vous voulez, une solution très intéressante au souci d’oreille interne que pouvait poser un déplacement linéaire via la manette, et un laser pour récupérer les cubes.

Les salles de test conçues pour ce jeu VR sont relativement simples, mais l’atmosphère inhérente aux jeux Portal est là, et c’est un immense bonheur d’avoir pu tester ce jeu, ayant beaucoup joué à Portal 2, notamment sur les salles créées par la communauté. Se retrouver dans une salle de test grandeur nature, c’est juste impressionnant et jouissif, il y a même une salle avec les fameuses tourelles, qui font plutôt peur car on ne s’attend pas à les croiser. Résultat vous êtes obligé de vous accroupir derrière une vitre, donc de réellement vous accroupir, pour les tuer à coup de laser grâce au cube de réflexion laser. Bref, Portal Stories relève plus de l’expérience que du jeu, mais c’est une sensation étrange et unique de jouer en VR à un jeu que l’on a poncé pendant des heures simplement au clavier/souris.

Voilà, on a fait le tour des jeux VR dont je voulais vous parler. Vous l’aurez compris, je suis vraiment conquis par le HTC Vive, ça faisait longtemps que je n’avais pas ressenti autant d’émerveillement en jouant à des jeux, notamment sur Portal Stories et Windlands. L’immersion qu’offre le casque VR est bluffante, et on se met à rêver de voir des jeux qu’on a apprécié sur console ou PC arriver sur le Vive. Rien que de penser à la possibilité de rejouer à Journey sur Vive *pleins d’étoiles dans les yeux*…

J’en profite pour remercier les élèves de 3è année de mécatronique de l’ENSIL qui nous ont permis de tester le HTC Vive à de multiples reprises pendant les soirées LAN du club Rézo, vous êtes géniaux!

Ainsi se termine cet article, j’espère que cela vous aura plu, en tout cas je vous invite vivement à tenter l’expérience de la réalité virtuelle au moins une fois.

A très bientôt!

Publicités

Preview: Overwatch, le nouveau défi de Blizzard

Preview: Overwatch, le nouveau défi de Blizzard

La bêta s’est terminée il y a quelques jours, et honnêtement, l’attente n’en est que plus grande!

Salut la compagnie, après avoir enfin fini mes concours (et saigné la bêta pendant une dizaine d’heures entre deux), je reviens avec un petit papier sur Overwatch, la nouvelle licence du studio Blizzard!

Après s’être attaqué au jeu de cartes et au MOBA, le studio embraye sur un nouveau type de jeu. Overwatch est un FPS dans lequel vous affrontez d’autres joueurs à 6 contre 6, en choisissant parmi les 21 héros disponibles pour organiser votre équipe et remplir votre objectif. Si vous avez jouer à Team Fortress 2, vous ne serez pas du tout dépaysé, c’est le jeu qui se rapproche le plus d’Overwatch en terme de gameplay et de teamplay. Il y a 12 cartes actuellement, et 3 modes de jeu:

  • Le convoi: Vous devez faire avancer un convoi au bout de la carte avant la fin du temps. Pour cela, vous devez vous postez à proximité pour pouvoir le faire avancer, mais bien évidemment l’équipe adverse fera tout pour vous barrez la route. La carte est souvent parsemée de checkpoints pour vous donnez du temps supplémentaire.
  • Capture d’objectifs: Ici c’est simple, vous avez deux objectifs fixes à capturer coup sur coup, le premier débloquant le second s’il est capturé, toujours sous une contrainte de temps
  • Roi de la colline: Pas de défenseurs dans ce mode, tout le monde attaque. Il y a un seul point de capture commun aux deux équipes sur le terrain. L’équipe qui le possède fait monter une jauge, et la première à la remplir gagne un round (ce mode de jeu fonctionne au meilleur de 3 rounds).

Sans compter qu’il y a un mode match à mort qui ne s’active qu’entre 2 matchs lorsque les joueurs sont en chargement, et un combo des captures d’objectifs et du convoi sur certaines maps, avec un objectif fixe, puis le convoi à emmener.

On peut penser que cela fait peu en termes de modes de jeu, mais c’est largement suffisant avec le nombre de maps. Chacune a un level design unique et qui rend la façon d’appréhender la partie différemment selon que l’on soit attaquant ou défenseur. Croyez moi, ce n’est clairement pas le nombre de modes de jeu qui compte, et il y a déjà pas mal d’exemples de jeux qui fonctionnent bien comme ça. Après, il est vrai que l’on pourrait apprécier la présence de certains modes assez classiques, notamment la Capture de Drapeau.

Outre les cartes et les modes, ce qui fait le cœur du jeu, ce sont bien entendu les 21 héros, qui possèdent chacun un gameplay qui leur est propre, avec des capacités spéciales et ultimes, et qu’il faut savoir combiner dans votre équipe pour mener à bien vos parties. Car tout l’intérêt d’Overwatch réside dans la stratégie d’équipe que vous appliquerez pour écraser vos adversaires. Certaines compositions ont déjà fait leurs preuves (Bastion/Reinhardt/Ange *tousse très fort* c’est pété *tousse encore*), mais vous avez toujours le choix de partir avec 6 Tracers et faire tourner en bourrique vos ennemis comme c’est pas permis. Il y a une tonne de choix possibles de composition, mais la clé réside dans vos capacités d’adaptation.

En effet, Blizzard a choisi de laisser le joueur changer de héros comme bon lui semble au cours de la partie, dans le but de forcer l’adaptation et surtout cela permet d’éviter de se faire rouler dessus si les compositions sont trop déséquilibrés. Et c’est là la clé du jeu, le changement de héros fait partie du gameplay et sert beaucoup pour faire avancer la partie. Il est très peu probable qu’un joueur porte littéralement son équipe à la victoire. C’est pourquoi le travail d’équipe dans Overwatch est ce qui est le mieux récompensé.

Bon, parlons un peu plus en détails du gameplay: c’est fun, jouissif et nerveux à souhait! Je trouve que les capacités des héros font vraiment la différence dans ce jeu, dans le sens où bien utilisées, elles peuvent retourner des parties qui semblaient perdu d’avance. Celles-ci, plus la capacité ultime de chaque perso, aident à rendre les parties moins frustrantes. Par exemple, dans Team Fortress 2, quand l’équipe adverse spawnkill et a juste posé sa tente devant votre base, vous ne pouvez rien faire. Alors qu’ici, il y a toujours un moyen de retourner la situation à votre avantage, et ça rend les parties beaucoup plus tendues. Pour le nombre de matchs que j’ai fait, j’ai rarement réalisé des énormes dominations, à part en mode « Roi de la colline » où il est plus fréquent de manger des rounds où une équipe prend le point et ne le lâche plus du tout.

Blizzard a ainsi, à mon sens, trouvé la bonne recette pour donner une saveur unique à son jeu. Chaque joueur peut y trouver son compte, ce qui correspond à son style de jeu, tout en matchant avec celui de son équipe. Ajoutons à cela une direction artistique au poil, très sympathique, dans le style de Team Fortress 2 d’ailleurs je trouve, rendant le jeu autant agréable pour son gameplay que pour ses graphismes. De plus, il est très bien optimisé, fonctionnant aussi bien sur les machines de guerres que les PCs datant un peu. Je fais tourner le jeu au minimum des paramètres graphiques, mais j’ai 30 FPS constant, ce qui suffit amplement pour jouer dans de bonnes conditions, et ce n’est pas trop moche non plus.

Pour parler de l’aspect esthétique, il y a en plus des skins, icônes et autres trucs à obtenir pour chaque personnage (54 récompenses pour chaque), que vous obtenez dans les coffres à chaque fois que vous montez de niveau. Pour donner un ordre d’idée, j’ai atteint le niveau 16 en 9h de jeu, et le niveau requis pour jouer au mode compétitif est 25. La barrière me semble plutôt adéquate donc, 15 à 20 d’heures de jeu sont largement acceptables pour comprendre les principes du jeu, et la maîtrise se fera avec les heures qui passent.

Alors est ce que le dernier-né de Blizzard a toutes ses chances de faire un succès tonitruant? Sachant que la bêta a été joué par 9,7 millions de joueurs, dépassant les résultats des bêtas de Star Wars: Battlefront et The Division, on peut se dire que l’engouement est certain. Après, et cela ne peut pas être nier, on peut trouver que le jeu manque de contenu pour un Pay2Play. Mais sous l’égide de Blizzard, on peut espérer un suivi important, avec des mises à jour qui permettront au jeu d’atteindre une forme optimale. Mais dans l’état personnellement, je trouve qu’il y a déjà assez de choses. Je trouve le soft suffisamment original, avec un background très poussé pour un FPS seulement multijoueur, pour qu’il ait un bon succès commercial, surement pas celui de Hearthstone, mais bien mieux que ce qu’un Heroes Of The Storm a pu réalisé.

Pour terminer cette article, je vais vous présenter 4 de mes héros préférés, un attaquant, un soutien, un défenseur et un tank.

Junkrat1~2

Voici le Demoman d’Overwatch! Dévoilé en même temps que Chopper, je ne pouvais que me jeter dessus, vu le temps que j’ai passé sur le personnage auquel il ressemble tant sur Team Fortress 2. Chacal est un héros de défense, notamment à cause de ses pièges et de son lance-grenades. Bien utilisé, ses dégâts sont bien souvent sous-estimés, tout comme sa mobilité. Il peut se servir en effet de son propre piège pour aller quasiment où bon lui semble. Sa capacité ultime envoie un pneu recouvert d’explosifs, qu’il contrôle et fait exploser quand il le souhaite pour faire des dégâts dévastateurs. Mais méfiez vous, l’ennemi peut le détruire avant qu’il n’arrive à destination. Chacal est facile à prendre en main, votre lance-grenades à retardement permet de tenir à distance vos adversaires sans être un as de la gâchette, mais plus vous serez précis, et mieux vous exploserez la figure de vos adversaires!

DVA~21

Ca a été plutôt difficile de choisir un tank favori, mais entre Winston et D.va, j’ai plutôt choisi la seconde. D.Va est un personnage remarquablement polyvalent, son rôle principal est de tanker, mais c’est un des tank qui possède les meilleurs dégâts en combat rapproché. Elle peut se projeter très rapidement au combat grâce à ses propulseurs, et encaisser une bonne tonne de dégâts grâce à ses boucliers. D.Va possède également une seconde chance, puisque lorsque son robot ne peut plus encaisser les coups, D.Va s’en éjecte et peut continuer à se battre, mais elle est littéralement en sucre, et sans capacités. Cependant, bien jouée, vous serez facilement capable de rappeler votre robot sans mourir, ou le lancer sur l’équipe ennemie pour qu’il s’autodétruise. Une capacité ultime dévastatrice pouvant renvoyer toute l’équipe adverse au spawn. D.Va reste néanmoins un personnage un peu plus dur à maîtriser, car il faut gérer les dégâts pris pour ne pas se retrouver H24 sans son robot.

Lucio~2[1]

Si on devait surnommer autrement Lúcio, j’opterai pour « Le chef d’orchestre ». Car c’est pour moi ce qu’est Lúcio dans une équipe: il dicte le rythme d’attaque ou de défense de votre équipe. Il donne un bonus constant à ses équipiers autour de lui, soit de vitesse, soit de régénération de vie, qu’il peut parfois augmenter sur quelques secondes. Ajoutons à cela une arme avec de bons dégâts de base, un knock-back (Lúcio peut repousser ses ennemis avec son haut-parleur), un ultime conférant beaucoup d’armure à ses alliés proches, et vous avez à mon sens le meilleur support du jeu. Clairement je trouve que Lúcio a une puissance assez insoupçonnée, et surtout extrêmement plaisant à jouer. Et puis il peut même wallride! Qu’est-ce qu’il vous faut de plus, turn the beat for Lúcio!

Tracer~2

Terminons sur mon héros favori, j’ai pu confirmer cela juste en la jouant 5 minutes, je veux bien entendu parler de Tracer. Bien qu’elle soit aussi fragile que D.Va, elle dispose d’un kit qui lui permett de mieux survivre. Tracer a la possibilité de blink plusieurs fois ( elle se téléporte sur une courte distance) et peut revenir dans le temps, récupérant sa vie et ses munitions perdues entre temps. Sa capacité ultime est une bombe qu’elle peut coller sur ses adversaires. Franchement, Tracer fait partie des personnages difficiles à jouer, elle a très peu de points de vie et il faut donc user au mieux ses capacités pour vivre. Mais bien maîtrisée, elle devient une vraie plaie pour l’ennemi, esquivant toutes les attaques et réinitialisant tout dégât subi si la situation dégénère, pour finalement vous laissez un petit cadeau explosif. Tracer est tout simplement géniale à jouer, et ses pistolets représentent un bon burst de dégâts à courte-moyenne portée.

Overwatch sortira le 24 mai sur PC, Playstation 4 et Xbox One!

En attendant, je vous laisse sur l’un des court-métrages d’animation que Blizzard a mis en ligne, et vous encourage à jeter un œil aux précédents! A très bientôt!

Comment appréhender la nouvelle saison classée de League of Legends?

Comment appréhender la nouvelle saison classée de League of Legends?

Bien le bonjour tout le monde!

Ca y est! A l’heure où j’écris ces lignes, la 6e saison classée de League of Legends a débuté! Nouveau patch, nouveau système de sélections de champions, et pleins d’autres choses attendent les invocateurs. Et bien entendu, tout le monde espère faire de son mieux dans les games de placement et monter les divisions.

Mais avant de vous lancer, laissez moi vous donner quelques conseils pour que votre expérience des Rankeds soit la meilleure possible et vous aide à progresser. Bon certes, j’ai terminé en Silver, mais j’ai pas dépassé la soixantaine de games, et j’ai eu 70% de winrate sur cette année, ce qui n’est pas mauvais. En appliquant les quelques conseils que je vais donner ici, vous ne devriez pas avoir trop de mal à tenir ce score, jusqu’à stagner à votre meilleur niveau (Challenger, évidemment!).

Quand faire une partie classée?
Les parties classées supposent que vous soyez dans les meilleures dispositions pour faire votre partie. Donc évitez si possible de ranked si vous êtes fatigués, ou que vous sentez que vous allez seulement passer la game à flame; et faites plutôt de la normal draft, ça reste de l’entraînement. Ah et à moins d’être sadique, si votre soeur/frère télécharge la dernière série à la mode sur Netflix, évitez de ranked, ou à défaut, changer la clé wifi de votre box et gardez-là pour vous :p.

Avoir un minimum de polyvalence
Outre les onetrickponey, on peut croiser en ranked des joueurs qui s’obstinent à jouer un rôle particulier. Alors certes, la nouvelle file aide un peu ces types de joueurs, mais il faut faire face à toutes les situations. Assurez vous donc de savoir jouer au moins 3 ou 4 champions sur vos rôles de prédilections, et 2 pour les autres. Si vous faites de la ranked, ne vous donnez pas un handicap de base en jouant un champion que vous ne jouez pas d’habitude!

Savoir s’arrêter au bon moment
Il y aura surement des jours où…rien n’ira dans votre sens, où vous enchaînerez les défaites. Si vous sentez que ça se barre trop en cacahuètes, arrêtez vous dès que vous prenez deux défaites de suite! Continuer n’aura rien de bénéfique, vous serez déjà fatigué par vos deux parties précédentes, vous risquerez de flame vos mates pour la moindre action qui va de travers. Faites donc une pause, et regardez ce que vous avez fait pendant les games précédentes. Si vous avez LoLRecorder ou LSI, ce serai l’idéal. Regarder votre précédent match et essayez de comprendre ce qui ne s’est pas bien passé. Est-ce que votre phase de lane était mauvaise? Votre gestion des teamfights? Essayez de vous faire un résumé des actions qui ont eu un impact négatif sur votre game, et notez ce que vous avez à améliorer. Quand vous repartirez en classé ensuite, gardez en tête ces notes pour ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Garder le moral de l’équipe
Si tout est bon de votre côté, le plus dur sera de garder une bonne ambiance dans votre équipe. Tout le monde est différent, et il se peut que certaines personnes pètent les plombs après un mauvais début de partie. Si vous sentez vos alliés décrocher, essayer de les réconforter, pour éviter qu’il parte en bad trip, histoire qu’il se dise que vous lui faites toujours confiance pour tenir sa lane.
Si le chat s’enflamme, dites leur d’arrêter de spam le chat et de se concentrer sur la partie. Si vous êtes bien dans votre partie, prenez le lead au niveau des décisions sur les objectifs, faites sentir à vos alliés que vous pouvez les carry, et ce, à n’importe quel rôle. Si vos calls sont bons, ils vous écouteront surement et feront moins d’erreurs via des moves en solo.

Jouez entre amis!
Et oui, profitez du nouveau système! La ranked reste un mode relativement stressant, et frustrant par moments. Jouer avec un (ou plusieurs maintenant!) ami(s) est idéal pour jouer de manière plus décontracté que d’habitude, et vous aurez moins de pression sur les épaules. Vous pouvez aussi mieux communiquer, bref, y a que du bon! Gardez seulement à l’esprit que d’autres personnes jouent avec vous si vous n’êtes pas 5, faites en sorte de les intégrer à vos rotations et prises d’objectifs, avant de vous demander: « WTF  pourquoi on était que 3 dans ce teamfight?! ». Et vous pouvez très bien vous retrouvez dans la situation inverse, alors ne faites pas ce que vous n’aimeriez pas que l’on vous fasse (tournure de phrase OP).

League of Legends est certes un jeu d’équipe, la victoire dépend aussi des capacités de chaque joueur sur le terrain. La ranked n’est pas un lieu d’expérience, mais un lieu d’approfondissement de vos compétences et de vos performances. Les gens qui réussissent à grimper dans le classement et à s’améliorer sont ceux qui savent apprendre de leurs erreurs. Jouer un champion en boucle ne suffit pas à se perfectionner, c’est la compréhension globale de votre rôle, de vos capacités et faiblesses qui vous permettront de gagner des parties.

Je vous souhaite une excellente saison 6, et bonne chance pour vos parties de placement!

Et vous, avez-vous des conseils aussi pour bien jouer en ranked? N’hésitez pas à partager votre point de vue, et à revenir sur la page même pour donner votre classement et score après vos parties de placement!

A la prochaine!