13 Reasons Why : La théorie du chaos

13 Reasons Why : La théorie du chaos

Salut tout le monde !

Incroyable mais vrai, je suis capable d’écrire plusieurs articles consécutifs sans parler d’Overwatch. Non vraiment, je m’impressionne tout seul.

Bien après tout le monde, et bien après même ne serait-ce avoir commencer à regarder cette série, j’ai enfin terminé 13 Reasons Why. Et j’en suis plutôt fier, parce que j’ai un mal de chien à regarder jusqu’au bout une série…sauf si ça s’appelle Wakfu, mais je m’égare, une fois de plus.

13 Reasons Why suit l’histoire d’Hannah Baker, une jeune étudiante qui s’est donné la mort et qui explique les raisons de son suicide en enregistrant ses propos sur 13 cassettes. On suit ses explications par l’intermédiaire de Clay Jensen, qui obtient les cassettes et qui les écoute au fur et à mesure des épisodes. Oui cher lecteur, il y a donc 13 épisodes, c’est bien tu suis, même que mon jour d’anniversaire est un 13, sacrée coïncidence n’est-ce pas?

Je m’égare encore. J’ai beau avoir mis littéralement 8 mois pour regarder entièrement la série, j’avoue avoir tout de même bien accroché, disons que l’histoire était bien ficelé, et c’est tout con mais je trouvais le fait de suivre les cassettes de la sorte plutôt original, surtout qu’on sait ce qui sait passer au bout de ces cassettes, mais l’intérêt suscité par les raisons de son suicide nous tiennent en haleine. De plus c’est pas trop dur à suivre, et l’évolution des personnages est assez intéressante. Les sujets abordés par 13 Reasons Why sont graves, mais bien amenés et traités, de la même manière qu’avait su le faire Life Is Strange.

Comme je l’ai dit, j’ai mis beaucoup de temps à finir cette série, je dois admettre que chaque épisode me faisait pas mal déprimé, et en plus c’est long un épisode, et vu qu’en général il se passe pas mal de choses sur la fin, bouarf, je vous avoue qu’à chaque fin d’épisode c’était la mini-pls. Petite nature, ça se voit que je suis enfermé dans les jeux et que j’ai pas refait un jeu comme LiS depuis un moment. Pourtant, j’ai terminé la série alors que j’étais pas dans le meilleur état d’esprit du monde ces derniers temps, une période de doute exécrable.

Mais t’es sadomaso sur les bords en fait l’écrivain? Mmh, non je pense pas, j’espère pas ! Je dirai plutôt que j’avais besoin d’un coup de massue, de quoi me changer les idées, mais aussi de me remettre les idées en place et d’avancer.

Pendant toute la série, je m’assimilais pas mal au personnage de Clay, tout comme Max quand je jouais à Life is Strange, ils ont tous les deux cette mentalité de se foutre royalement de ce qui les entoure, être un peu geek, type premier de la classe. Puis tout à coup c’est le shitstorm, s’en suit une véritable sac de nœuds qui traîne dans la tête pendant des semaines. La théorie du chaos, ou de l’emmerdement maximum si tu préfères.

S’il y a une chose que je ne peux absolument pas blairer dans les jeux ou les séries, ce que vous voulez, c’est les histoires d’amour. Ca me trigger, vraiment beaucoup, et autant dans Life is Strange j’ai vu le truc arriver de loin, c’était mignon donc ça va, autant dans 13 Reasons Why y avait matière à me trigger toutes les deux minutes. Parce qu’en vrai, c’est une chose que je redoute par-dessus tout, un nid d’emmerdes, que mon niveau 0 de sociabilité ne pourrait gérer. Une chose…que je dramatise pour rien comme vous le voyez, parce que j’ai peur d’aller vers les gens, d’engager une conversation, je suis un plot, voilà un plot, le mec au fond de la salle de ciné avec des mikados c’est moi, celui qui reste dans la cuisine à boire des bières sans alcool aussi, et qui peut finir avant les plus bourrés la tête dans la cuvette au bout d’un 5e verre de coca (oui, c’est débile).

…Et à mon grand désespoir, on ne peut pas remonter le temps pour éviter certaines conséquences (oui ça me manque beaucoup trop de jouer avec le temps dans LiS – Before the Storm), et c’est un peu la finalité de 13 Reasons Why, car on a beau connaître les raisons du suicide d’Hannah, et bien, elle s’est suicidée quand même, et il est impossible de la récupérer. Les cassettes touchent les remords des concernés, ce que les autres auraient pu faire pour l’aider quand ils en avaient l’occasion.

La série fait ainsi un sacré travail de sensibilisation à ceux qui nous entoure, savoir être là pour eux s’ils ne sont pas en forme (pas au point de suicider, j’entend pas ça), leur dire tout simplement qu’on tient à eux, même si c’est pas du tout dans notre habitude de faire ça, enfin, voilà. Et tout ça, tout en gardant un certain orgueil, une fierté de soi, savoir rester indépendant et ne pas être chiant à rester H24 avec les gens, c’est certainement ça le pire sentiment en fait quand on doute sur soi, avoir le sentiment d’embêter les autres et du coup de s’éloigner d’eux.

Tu t’en doutes peut-être cher lecteur, j’en ai fini avec mes tracas, ça a été surtout du travail sur moi-même, mais ce genre de séries et de jeux comme LiS, ou même The Talos Principle sont pour moi des lanceurs d’idées super pour se remettre en question, bien que ce soit plus ou moins loin de la réalité. Donc je vous conseille de regarder 13 Reasons Why, c’est quand même divertissant et captivant à regarder, et ça laisse pas indifférent, qu’on aime ou pas.

Cet article absolument bordélique est terminé, la bise à toi cher lecteur, merci d’avoir lu jusqu’au bout. On se retrouve dans la semaine pour un nouvel article, sur Overwatch cette fois, qui sera plutôt explosif !

Publicités

La bande-son dans le jeu vidéo : quelques jeux qui font du bien aux oreilles

La bande-son dans le jeu vidéo : quelques jeux qui font du bien aux oreilles

Salut tout le monde !

Incroyable mais vrai, je suis capable d’enchaîner plusieurs posts de blog n’ayant pas un quelconque rapport avec Overwatch.

Aujourd’hui, je vais vous présenter quelques jeux qui m’ont surpris par leur bande-son ! J’ai remarqué que c’est quelque chose qui a attiré mon attention de plus en plus avec l’âge. Avant tout quand on est gamin on recherche le fun dans un jeu vidéo, puis on se met à apprécier les choses annexes : le scénario, les personnages, les graphismes, et la musique ! Celle-ci contribue pour certains jeux énormément à l’ambiance et l’immersion, et en voici une petite liste :

Ma première claque graphique et auditive

journey-title-720p

Journey…ce jeu a 6 ans déjà. C’est fou, c’était le tout premier jeu dématérialisé que j’ai acheté à l’époque, et probablement l’un des premiers jeux un peu plus abstrait et métaphorique auquel j’ai pu joué. Et à ce jour, Journey est encore l’un de mes meilleurs souvenirs de jeux vidéo, et j’y ai rejoué plus de 5 fois au moins. Cette aventure dure 2 heures, une aventure où vous n’avez pas de combat à faire, de trucs à gérer, juste explorer et suivre ce chemin vers…vers quoi déjà? On ne sait pas en fait, on continue d’avancer, mais une chose est sure : ce jeu est une petite perle. Et sa soundtrack, composé par Austin Wintory, vous accompagne remarquablement tout au long de votre périple. Le côté minimaliste du gameplay fait que vous pouvez vous concentrer un peu plus sur la musique et le travail d’ambiance qui sont juste bluffants. Je ne le répèterai jamais assez, mais si vous le pouvez, jouez à Journey, c’est l’histoire de 2 ou 3 heures, c’est reposant, et vraiment un splendide voyage.

Lien vers l’album de Journey sur Spotify

Supergiant Games : Trois univers, un seul studio

DGDkJFwVYAIo_Ng.jpg large

Image par Onibaku

Bastion, Transistor et Pyre sont les 3 jeux ayant été développés par Supergiant Games jusqu’à présent. Les trois sont totalement différents côté gameplay, peu éloignés sur le plan artistique, mais leur ambiance musicale est très similaire, avec un ton mélancolique et nostalgique. Les musiques avec des paroles dans ces trois jeux sont toutes directement ancrés dans l’histoire de chacun, ce qui fait qu’elles apportent de la profondeur aux personnages, à l’univers, et transportent le joueur au fil du jeu. Voici une chanson pour chaque jeu, que je vous conseille d’essayer, Bastion pour ceux qui aiment les hack’n’slash, Transistor si vous aimez un peu plus la stratégie, et Pyre pour l’originalité de gameplay.


(Il y a une 2e version, encore plus jolie, mais c’est le thème finale donc je vais éviter de vous spoil)

Liens Spotify des albums : Transistor|Pyre|Bastion

Rayman Legends : Raise your baguette !

ss_7c2c233c6d53af4a276dba9bbc6d4661ba0b2f90-1920x1080

Cocorico ! Les derniers jeux Rayman que sont Origins et Legends sont deux chefs d’œuvres de plateforme, le retour à la 2D pour le petit bonhomme sans bras ni jambes a rencontré un succès fracassant ! Et ça se comprend, tout est juste beaucoup trop fun dedans, les développeurs se sont cassés la tête, mais ils ont dus aussi et surtout bien se fendre la gueule à créer tout ces niveaux. Graphiquement et musicalement, tout est complètement barré, et le tout est juste génial, avec une difficulté bien dosée. L’un des points super cools de Rayman Legends est la présence des niveaux musicaux, absolument fabuleux à jouer ! Que ce soit à seul ou à plusieurs, Rayman Origins et Legends sont deux jeux de plateforme à faire absolument !

L’intemporel

2830329-lifeisstrange_screenshot_16_1426514570-03-2015_01

J’en ai parlé en long, en large et en travers dans un article précédent, mais l’OST de Life is Strange est splendide. Elle s’accorde en fait parfaitement à l’univers qui est mis en place et avec l’idée que l’on peut s’y faire visuellement je trouve. Les musiques créées par le studio Dontnod pour le jeu tapent dans le mille et celles provenant d’autres interprètes font mouche. De même pour la préquelle Before the Storm, le studio Deck Nine a fait appel au groupe Daughter pour la bande-son du jeu, et le résultat est vraiment bon également. Et encore une fois, je vous encourage à y jouer, même si vous n’êtes pas point’n’click, prenez ça comme une série sur laquelle vous avez le contrôle.

Lien vers la playlist Spotify des jeux : LiS | LiS – Before the Storm

J’en ai terminé pour cette article, merci de votre lecture !

A très bientôt !

Bye bye 2017 !

Bye bye 2017 !

Bonjour à tous!

On voit enfin le bout de cette année 2017, j’ai l’impression que les années passent de plus en plus vite c’est dingue. Alors comme chaque année, je reviens un peu sur ce que j’ai préféré en termes de musique, cinéma, jeux vidéo, etc, et aussi sur mon bilan personnel de cette année.

Faisons tout d’abord un état général du blog. Voilà maintenant un peu plus de deux ans que je tiens ce petit blog et je suis plutôt content de ce qu’il devient. Cette année j’ai eu de plus en plus de visites, notamment sur les guides Overwatch que j’ai pu écrire, le plus lu d’ailleurs étant celui sur Zenyatta ! On est arrivé cette année à un peu moins de 900 vues pour le blog en ce dernier jour de 2017, pour près de 700 visiteurs, ce que je trouve vraiment bien malgré le faible nombre d’articles que j’ai publié. La faute est de mon côté d’ailleurs, j’ai publié 50% de ce que j’ai écrit, le reste est encore en brouillon, ne sachant pas finir mes articles ou alors j’ai abandonné en cours d’écriture.

C’est un peu le résumé de mon année d’ailleurs, j’ai fait tellement de choses mais aussi laissé pas mal d’autres choses de côté, que j’ai l’impression d’en avoir le cerveau tout retourné. Je suis bien sûr content de ce que j’ai pu vivre tout au long de l’année : la Student Gaming League Overwatch, la DreamHack Tours, la Coupe de France de Robotique, la Paris Games Week… je ne me suis jamais autant bougé et investi et je suis content d’avoir réalisé tout ça. Malgré tout, en cette fin d’année, j’ai toujours des pensées inquiètes pour mes années à venir : j’ai pas de projet professionnel, en tout cas pas réaliste et possible avec ma formation je trouve. Formation qui d’ailleurs n’est peut-être pas le compromis que j’espérais, même si la majorité de ce que j’y fais m’intéresse et me plaît. Et puis d’autres choses, qui font que j’ai plus la tête à déprimer qu’à festoyer. Rah, c’était quand même bien la prépa quand il fallait juste penser à bosser… Mais je persévère, et j’espère en 2018 parvenir à être un peu plus organisé et vraiment me décider sur ce que je compte faire du sac d’os que je suis.

Bon, et si on passait à des choses plus sympathiques? J’ai un peu modifié par rapport à l’an dernier la présentation de mes coups de coeur :

Investissement jeux-vidéo de l’année : GRIP

Un an après sa sortie en early-access, je me suis décidé en Avril a acheté GRIP, la suite spirituel de l’excellent Rollcage sur Playstation 1 et consort. Dans son état de développement actuel, le jeu est déjà extrêmement cool à jouer. Il tourne très bien, en quasi-best qualité sur mon PC qui n’est pourtant pas une foudre de guerre. Il y a déjà pas mal de courses, de modes, de gadgets, il y a même un mode écran splitté et du multijoueur online! Les développeurs font vraiment un excellent travail, et ils ne comptent pas s’arrêter là ! C’est un jeu de course arcade pur, déjanté et rapide, ça manquait pas mal avec toutes les simulations qui ont pu sortir cette année et Rocket League qui explose tout le monde. Si vous n’êtes pas fan de Mario Kart mais que les Need for Speed c’est pas votre tasse de thé non plus, foncez sur GRIP, vivement sa sortie officielle !

Découverte musicale de l’année : Daughter

Je m’en doutais un peu ma playlist Spotify de cette année me l’a confirmé, en 2017 la chanson que j’ai le plus écouté est Numbers de Daughter.

Une fois de plus, Life is Strange m’a permis de découvrir un nouveau groupe. C’est d’ailleurs ce trio qui a réalisé la bande-son de Life is Strange : Before the Storm, que je vous invite premièrement à faire et deuxièmement écouter la BO aussi parce qu’elle est très sympa. J’aime beaucoup le style folk/rock de Daughter, qui n’est pas sans rappeler celui de Foals je trouve. Enfin voilà, je suis content d’avoir découvert ce groupe ^_^.

Découverte streaming : Valkia

J’ai beaucoup de mal à passer du temps à regarder des films, des séries ou encore aller tout simplement au cinéma. Par contre passer une heure ou deux devant un stream ça ne me dérange pas du tout. Overwatch oblige, j’ai découvert en début d’année Valkia, un excellent streamer mais avant tout excellentissime joueur de Pharah (quoi? bah oui, soyez pas étonné, Pharah rules ! ). Mais même le bonhomme est vraiment sympa et cool à écouter et regarder jouer, c’est toujours fun de regarder ses streams.

Il y en a d’autres aussi que j’ai découvert cette année, notamment KnoxXx, membre de l’équipe de France Overwatch et main tank. Ses streams sont très instructifs, pendant ses parties il n’hésite pas à expliquer pourquoi il fait certains de ses mouvements, et c’est un joueur qui se remet souvent en question, c’est un modèle de comportement et d’état d’esprit!

Série préférée : The Good Place

Comment ça j’ai dit que j’avais du mal avec les séries? Oui, j’ai du mal, toujours. La preuve : je n’ai pas fini The Good Place alors que je trouve cette série vraiment chouette et je suis là à vous écrire que c’est bien alors que je devrais regarder la suite. Par contre maintenant je vais avoir toutes les peines du monde à résumer la série : on suit les péripéties d’Eléanor, une fille qui se retrouve par erreur au paradis, au Bon Endroit alors que ses actions sur Terre ne l’auraient jamais envoyés là-bas. J’aime beaucoup l’ambiance générale légère et drôle de la série, sans oublier les personnages qui sont vraiment excellents! Je donnerai donc à cette série la note de Jason Mendosa / 20. Voilà, et si vous ne savez pas qui c’est, vous allez être obligé de regarder la série! 😀 Et encore merci à la personne qui me l’a conseillé (qui se reconnaîtra ^_^) !

Voilà, j’espère que 2017 fut pour vous une bonne année, meilleurs vœux pour 2018, je vous souhaite de réussir dans tous vos projets, une bonne santé, et beaucoup d’Overwatch de bonheur pour cette nouvelle année!

J’ai fait un petit condensé de quelques temps forts que j’ai gardé depuis l’arrivée de cette option sur Overwatch. Bon alors, avec le logiciel que j’ai j’étais un peu limité donc y a pas d’effet de ouf et tout. Et il y a pas le son du jeu non plus, donc vous avez droit à une du Uppermost comme musique de fond, Bastel si vous cherchez le titre. Ecoutez du Uppermost, c’est cool :3

Bon allez, je vous laisse retourner à vos toasts et autres gourmandises de réveillon, bonne année 2018 !

5 jeux à garder en tête après l’E3 2017!

5 jeux à garder en tête après l’E3 2017!

Salut tout le monde!

Je suis de retour, ça fait un bail je sais. J’ai eu pas mal de boulot ces derniers mois et peu de temps à consacrer au blog, mais je vais tâcher de le réalimenter ces prochains mois. J’en profite au passage pour vous remercier de vos visites sur le blog, puisqu’en ce mois de juin 2017, le blog a déjà fait plus de vues qu’en 2016, merci beaucoup!

Passons à présent au vif du sujet, cette année j’ai enfin pu suivre assez correctement l’E3 2017, les concours n’ayant pas aidé l’an dernier, et je n’ai pas été déçu du tout! Chaque conférence a apporté son lot de surprises, et pleins de bons jeux à attendre pour la fin de l’année et 2018.

Ainsi je vais vous présenter les 5 jeux qui m’ont marqués et que j’ai ajouté à ma liste de souhaits !

5 – The Last Night

Dans la frénétique conférence Microsoft où les jeux étaient annoncés à la pelle, un petit jeu indé a retenu mon attention. The Last Night est un jeu open-world au style très singulier, mêlant cyberpunk, environnement à la LittleBigPlanet et pixel-art, et le tout est cohérent de manière assez fascinante. On en sait pas plus sur ce jeu, si ce n’est qu’il s’agira d’une exclue temporaire à la Xbox.

4 – A Way Out

Un autre jeu indé, perdu cette fois-ci dans la conférence Electronic Arts. Les pères de Brothers : A Tale of Two Sons, Starbreeze Studios, ont rejoint le mouvement EA Originals aidant les studios indépendants. Et le moins que l’on puisse, c’est que ça a l’air super bien construit. A Way Out est une aventure coop où vous incarnez deux prisonniers, que vous allez suivre dans leur évasion et leur histoire. Le créateur du jeu, Josef Farès, incite les joueurs à jouer à ce jeu en split-screen, pour vivre ensemble l’aventure, une bien belle initiative qui est supporté par la façon dont les joueurs semblent être amenés à interagir en jeu. Il y a une recherche dans le gameplay assez sympathique et j’attends vraiment d’en voir plus sur cette aventure coop.

3 – Ori and the Will of the Wisps

Chez Microsoft toujours, qui a offert bon nombre d’annonces intéressantes, le nouveau Ori a fait une apparition inattendue avec un trailer montrant encore une fois le chaos régnatnt dans le monde d’Ori. Le trailer était en plus accompagné au piano par le compositeur de la BO d’Ori and the Blind Forest, Gareth Coker. On ne peut qu’espérer du bon de ce deuxième volet tant le premier étant excellent, tant en terme de design et de graphismes que d’ingéniosité de gameplay. Il ne reste plus qu’à attendre une date de sortie.

2 – Life is Strange : Before the Storm

Autre temps fort de la conférence Microsoft, l’annonce d’un nouveau Life is Strange. On sait que Dontnod travaille, en parallèle de son prochain jeu Vampyr, sur une suite au premier LiS. Mais c’est un autre studio, Deck Nine, qui a présenté une préquel au premier opus, toujours édité par Square Enix. Nous suivrons cette fois-ci Chloé et Rachel, quatre ans avant les évènements de Life Is Strange. J’espère que ce jeu ne sera pas trop en deçà de la qualité du précédent, mais au vu des premières images, ça semble plutôt pas mal, la hype est là ! Le 1er épisode sortira le 31 août sur PC, XONE et PS4.

1 – Beyond Good and Evil 2

Voilà une autre arlésienne du jeu vidéo qui va bientôt être entre nos mains. Quatorze ans après le premier Beyond Good and Evil, 9 ans après la première annonce du second volet, c’est un Michel Ancel ému qui a annoncé la relance de ce projet sans fin au terme d’une excellente conférence Ubisoft, jugeant que « la technologie est enfin là » pour réaliser un jeu à la hauteur de ses ambitions. Bien que très très peu de gameplay ait été montré pour l’instant, la promesse est cette fois-ci bien réelle, avec une volonté non négligeable et appréciable des développeurs de tenir bien informés la communauté de l’avancement du jeu par l’intermédiaire de leur Space Monkey Program. Espérons que le jeu sortira effectivement en 2018 maintenant ; et qui sait, peut-être que cela motivera Valve à finir Half-Life 3

Cet E3 2017 a été bourré d’annonces, et vous quel a été votre jeu préféré?

Merci d’avoir lu cet article et à très bientôt!

Bilan de l’année 2016!

Bilan de l’année 2016!

Bonjour à tous!

Ça y est, on y arrive, on voit enfin le bout de cette année 2016!

C’est le moment de faire le bilan de cette année écoulée, la première année de mon blog qui a fêté son anniversaire en Novembre.

Je suis plutôt content de l’état général du blog après 12 mois, je n’ai certes pas pu écrire autant que je le souhaitais, mais le blog se construit petit à petit, depuis peu même il commence à y avoir un petit nombre de visites hebdomadaires qui s’installe, ce qui me rend très content, le blog évolue bien.

Comme je l’ai dit précédemment, je n’ai pas pu écrire autant que je le souhaitais, mais cela est dû à mes études, les concours des classes prépas, la recherche d’appart etc. Je pense que je n’ai jamais vu une année passer aussi vite que 2016, j’ai encore aujourd’hui l’impression d’être au lendemain de mes concours. Tout comme j’ai l’impression d’avoir vécu deux années en une, avec la fin de ma prépa et mon entrée en école d’ingénieurs : c’est fou la différence de pression et d’ambiance que l’on peut ressentir entre ces deux formations.

Du coup cela s’est remarqué aussi sur mes temps de jeux qui ont explosé pendant les vacances d’été, cela reste moins que les années lycée, mais on en est pas loin! Contrairement à ces années-là d’ailleurs, j’ai aussi acheté moins de jeux (et je suis même allé plus souvent au cinéma)!

En parlant de cinéma et de jeu vidéo, cette année fut superbe pour l’émergence de films tirés de nos jeux préférés. Des trois que j’ai pu voir cette année, Warcraft : Le Commencement est de loin mon favori. Alors certes, tout n’est pas bon dans le film (*tousse* Lothar *tousse* Llane *tousse*) mais l’ambition est là. Les lieux, les personnages, il y a une vraie volonté de bien faire dans ce film, et j’espère de tout cœur voir une suite à ce long métrage (faites qu’il y ait Thrall et Jaina dans le prochain!).

Bien aidé par mes 20 jours cumulés d’écoute sur Spotify cette année, je me suis dis que je pourrais introduire ici mes 5 musiques préférés de 2016. Attention, grosse dose d’électro/house en approche:

Shelter est mon titre préféré cette année, c’est ce que l’on pouvait espérer de mieux venant de la collaboration surprise de Madeon et Porter Robinson, j’ai peu de mots pour décrire cette superbe musique. Voici d’ailleurs la vidéo servant de support à la musique, qui est tout aussi géniale.

J’ai pour habitude également de faire un top de mes jeux préférés, et c’est bien entendu ce que l’on va faire. Notez qu’il s’agit d’un top basé sur des jeux que j’ai acheté cette année, mais qui ne sont pas forcément sorti cette année, et voici d’ailleurs le 5ème pour l’exemple:

5 – Borderlands : The Pre-Sequel

header

Après avoir énormément apprécié Borderlands 2, je me suis dit qu’il était temps d’acheter The Pre-Sequel. Et j’en suis plutôt satisfait, le jeu ne réinvente rien, on reste sur les bonnes bases du 2, et les quelques ajouts par-ci par là sont vraiment sympas (surtout les lasers, les lasers c’est la vie! ). Néanmoins pour le peu que j’y ai joué pour l’instant, il reste bien en deçà du 2, il y a étonnamment moins de téléporteurs qu’à l’accoutumée, ce qui allonge le temps de parcours parfois inutile entre deux quêtes. Il n’empêche qu’on apprécie toujours autant démolir des Kraggons à coup de lasers sous faible gravité à Elpis!

4 – Ori and the Blind Forest

header1

Je n’avais entendu que des éloges à propos de ce jeu, et je n’ai pas du tout était déçu! Ori and the Blind Forest est une merveille, tant sur la forme que sur le fond. De splendides niveaux, une petite histoire touchante et sympathique à suivre, des mécaniques qui ne cessent d’évoluer jusqu’à la fin et qui mette à l’épreuve n’importe quel joueur. Et dire qu’il a fallu que j’attende mon nouveau PC pour finir cette petite merveille. Je vous invite à relire mon test sur ce plateformer qui n’a rien à envier aux derniers Rayman et autres Trine.

3 – Enter the Gungeon

header2

Voici l’une des belles surprises de cette année 2016. J’ai toujours voulu jouer à un jeu du genre, mais le plus connu, à savoir The Binding of Isaac ne m’intéressait pas beaucoup, je n’appréciait pas beaucoup le style, malgré que le jeu soit fort sympathique à regarder et surtout à jouer. Puis Enter The Gungeon est arrivé et me voilà embarqué dans mon premier Rogue-like! C’est mignon à souhait, et ce qu’il y a de fou avec les Rogue-like, c’est qu’il surprenne toujours au moment où l’on s’y attend le moins, on trouve une zone secrète, une nouvelle arme, un nouveau personnage… Enter The Gungeon est un gros coup de cœur, très prenant et surtout difficile, à l’heure actuelle je n’ai toujours pas réussi à arriver au bout du donjon une seule fois.

1 Ex-æquo – Overwatch et Life Is Strange

Oui, c’est bête mais… ils ont beau être extrêmement différents, je n’y ai pas passé autant de temps sur les deux (et c’est logique d’ailleurs), mais je ne pouvais pas les séparer dans mon classement, tant ils me sont chers tous les deux. Commençons par celui auquel j’ai joué en premier.

2830329-lifeisstrange_screenshot_16_1426514570-03-2015_01

Je n’attendais rien de Life Is Strange, clairement rien ; je n’avais jamais joué à un jeu du genre, et ce dernier ne m’attirait pas plus que les autres. C’est sur les conseils d’un ami que j’ai acheté l’épisode 1… pour acheter le reste le jour qui suivait. Quelle superbe aventure maîtrisée de bout en bout par les petits gars de Dontnod, la construction de l’histoire et des personnages est géniale. L’intensité monte crescendo à chaque épisode, je me demande encore comment les gens ont tenu l’attente entre les deux derniers épisodes. Les sujets abordés sont utilisés à bon escient, bien amenés, de telle sorte que même après avoir joué, le jeu nous pousse encore à réfléchir sur les penchants de la société qu’il dénonce. Je ne vais pas refaire mon test du jeu ici, Life Is Strange est monté très haut dans la liste de mes jeux préférés, peut-être à jamais le titre qui m’aura fait versé le plus de larmes de tristesse, mais aussi de joie pour avoir découvert un petit chef d’œuvre.

Terminus de Life is Strange

0843d4884bf93b4ecacd71e4d84f5ae2_large

Overwatch est un jeu que j’attendais au tournant depuis son annonce, et il valait mieux pour moi que ce dernier ne sorte que cette année, et pas pendant ma prépa. Déçu par un Shootmania qui a rapidement perdu de sa communauté et de suivi par les développeurs, je devais retrouver un fast-FPS. Borderlands et Counter-Strike m’ont permis d’attendre, puis le jour est enfin arrivé! Overwatch est le FPS survitaminé que j’attendais. Excellent, fun et jouissif en solo comme entre amis, régulièrement mis à jour avec du contenu (gratuit!) et proposant un contexte historique intriguant, tant sur les personnages que le monde en lui-même, le jeu est une réussite en tout point. Blizzard a encore une fois montré qu’ils peuvent s’installer dans de nouveaux secteurs sans problème et monter rapidement les échelons.

Terminus d’Overwatch

C’est tout pour ce bilan de 2016, je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année et mes meilleurs voeux pour 2017, merci à vous d’avoir lu cet article, à bientôt!

Retour sur les annonces de la BlizzCon 2016!

Retour sur les annonces de la BlizzCon 2016!

Bonjour à tous!

Bienvenue pour cette revue quasiment à chaud des nouvelles que nous a apporté la cérémonie d’ouverture de la BlizzCon 2016, la convention dédiée aux jeux Blizzard, organisée par Blizzard, la 10ème édition!

Cela fait cette année 25 ans que Blizzard se dévoue à proposer aux joueurs des jeux d’une qualité remarquable.  En même temps que cette anniversaire, le studio fête aussi les 20 ans de sa série Diablo.

Mais la conférence a tout d’abord démarrer sur les chapeaux de roue avec Overwatch. Bien évidemment, tout le monde s’y attendait, Sombra a enfin été dévoilé au monde entier via une entrée théâtrale en hackant la scène de la BlizzCon et en lançant ensuite la cinématique qui lui est associée.

Une cinématique encore une fois excellente, qui change complètement de la précédente avec Bastion, qui cette fois à mon sens, a une portée plus importante sur l’histoire du jeu, et cela pourra peut-être se sentir à la sortie du personnage d’ici décembre. Notons également la continuité de la cinématique avec le jeu de piste qui avait été mené depuis 3 mois sur Sombra et ses activités.

Sombra est un personnage d’attaque, pouvant se rendre invisible et désactiver les capacités de ses ennemis. Son arme semble être rudement puissante à courte portée, mais globalement, le personnage paraît être complexe à jouer, nécessitant de savoir contourner ses adversaires et jouer avec l’invisibilité pour être efficace. Vous pouvez voir un peu de son gameplay dans cette vidéo:

A cette héroïne, il faut ajouter une nouvelle carte: Oasis, une carte Roi de la Colline, ainsi qu’un mode Arcade, une nouvelle feature qui amènera des cartes 1v1 et 3v3 pour varier les plaisirs, avec même des cartes exclusives à ce mode, comme Observatoire: Antarctique.

Côté eSport Overwatch, Blizzard annonce une ligue, nommée l’Overwatch League, qui devra se lancer d’ici le début de la saison compétitive 3 du jeu. Cette ligue sera lancée dans le but de créer un écosystème fiable pour les joueurs et les équipes qui s’engagent dans la ligue, afin d’assurer une scène compétitive pérenne.

On passe cette fois-ci du côté de Starcraft 2, pour lequel les nouvelles sont moins denses: de nouvelles missions co-op sont dans les cartons, ainsi qu’un nouveau commandant: Alexei Stukov.

En marge de cela, Mike Morhaime, le CEO de Blizzard, a annoncé un partenariat avec DeepMind pour créer une IA capable d’apprendre des startégies des joueurs de Starcraft et pouvant s’améliorer. Pour rappel, c’est une IA de DeepMind qui a battu le meilleur joueur mondial du jeu de Go en mars dernier. Ces derniers voudront peut-être réitérer l’exploit sur Starcraft 2.

Ensuite, deux nouveaux héros ont été annoncés pour Heroes of The Storm, seul jeu de Blizzard actuellement sur la pente descendante et qui a du mal à se populariser. Varian Wrynn, ancien roi d’Hurlevent dans World of Warcraft et Ragnaros, le seigneur du feu, rejoignent le Nexus.

L’autre grande nouvelle de cette cérémonie d’ouverture, c’est l’annonce de la nouvelle extension du jeu de cartes Hearthstone: Main basse sur Gadgetzan!

Une des principales nouveautés de cette extension est l’ajout de cartes pouvant être utilisés par uniquement 3 classes, selon 3 factions issues du lore de Warcraft et  qui peuple notamment la ville de Gadgetzan. L’extension devrait arriver d’ici le début du mois de décembre. A l’heure actuelle une bonne vingtaine de cartes ont déjà été dévoilées.

La cérémonie s’est finalement terminée sur Diablo 3. Pour fêter les 20 ans de la série, le premier Diablo sera recréé dans Diablo 3, du moins pour quelques parties si j’ai bien compris. De nouvelles zones inédites seront ajoutés l’an prochain, et une nouvelle classe fera son apparition: le Nécromancien!

Que faut-il retenir finalement de cette cérémonie d’ouverture? Et bien, disons que ce que l’on a vu relève pas mal du court terme, au moins pour le prochain trimestre à venir, mais pas plus. C’est assez dommage que des indices prouvant que Sombra et le nécromancien allaient être révélés ont fuité avant la Blizzcon, mais leur annonce sur la scène n’en était pas moins éclatante, notamment pour la première. Je pense que les plus déçus sont les joueurs de Diablo 3, qui espéraient peut-être plus pour les 20 ans de la série.

Grand absent de la cérémonie d’ouverture, World of Warcraft n’est pas en reste, puisque des annonces ont été faites après la cérémonie, notamment sur le prochain patch 7.2, La Tombe de Sargeras.

La Blizzcon vient à peine de commencer, et peut-être que d’autres annonces seront faites ce week-end.

Merci d’avoir lu cette article, à très bientôt!

Comment aborder les parties classées sur Overwatch?

Comment aborder les parties classées sur Overwatch?

NB : Article remis à jour au début de la saison 8.

Bonjour à tous!

Depuis la fin du mois de juin 2016, le mode compétitif est arrivé, et a été pris d’assaut par les joueurs chevronnés et avides de compétition.

Alors, avant de rentrer dans le vif du sujet, je dois évidemment vous expliquer le fonctionnement de la ranked pour les plus néophytes:

  • Le mode compétitif consiste à vous mesurer, en 6 contre 6, à des adversaires de votre niveau (normalement) et de pouvoir vous classer selon un rang de 1 à 5000 (5000 étant le meilleur rang), que vous recevez après avoir fait 10 parties de placement.
  • Pour participer aux parties classées, vous devez au préalable avoir atteint le niveau 25, ce qui correspond à une bonne quinzaine d’heures de jeu. Une saison de parties classées a une durée calquée de deux mois (autrefois calqués sur les vraies saisons), avec une période de hors saison de quelques jours entre deux.
  • Contrairement aux parties rapides, les parties compétitives ont un fonctionnement particulier:
    • En mode Roi de la Colline : (Népal, Tour de Lijiang, Ilios Oasis), les parties se jouent en 2 rounds gagnants (donc 3 cartes au maximum, autrefois en 3 rounds gagnants avant la saison 6).
    • En mode Capture de Point : les deux équipes passent chacune en attaque et en défense. Chaque point pris vous donne un point. L’équipe qui obtient le plus de points l’emporte. Si les deux équipes sont à égalité, on rejoue une attaque/défense avec le temps qu’il restait à chaque équipe si elles sont arrivés au bout de la carte. Si une équipe ne parvient pas à récupérer un point avant la fin du temps, l’autre équipe devra seulement récupérer le point avec un meilleur pourcentage de capture (au minimum 33%). S’il y a égalité et que les équipes n’ont plus de temps, il y a match nul.
    • En mode Convoi : les deux équipes font l’attaque/défense. Celle qui amène le convoi le plus loin possible l’emporte. A noter : si la première équipe à attaquer n’a pas atteint le bout de la map, la seconde a juste à atteindre l’endroit où l’équipe précédente s’est arrêtée pour l’emporter. En cas d’égalité, si les deux équipes n’ont plus de temps, une prolongation est enclenchée et une nouvelle attaque/défense est engagée, jusqu’à ce que l’on obtienne un vainqueur.
    • En mode Hybride : idem que les deux précédents.
  • Après les parties de placement, à chaque fin de partie, votre rang est ajusté par rapport à la performance de votre équipe et la vôtre dans la partie. Depuis la saison 8, au-dessus du niveau Diamant, l’impact de la performance individuelle dans le cas de la côte a été retiré, favorisant donc le ratio victoires/défaites du joueur, afin de favoriser la concentration des joueurs sur la victoire et le teamplay plutôt que leur performance personnelle.

Je vais vous donner quelques conseils généraux pour mieux vous débrouiller dans votre progression en mode compétitif.

Maîtriser les cartes et les héros

Vous allez sûrement avoir des personnages favoris sur Overwatch, mais il y a une chose que vous ne pouvez pas choisir : les cartes. Mémorisez les spots de heals est un point important et mourir le moins possible est capital. Regardez aussi les spots utiles pour les tourelles de Symmetra, Torbjörn ou Bastion et les différents chemins qui vous sont accessibles pour faire une attaque, mais aussi par lesquels les ennemis peuvent vous surprendre. Certaines cartes sont propices à l’utilisation de certains héros, par exemple les snipers sont plutôt forts sur les cartes Convoi, mais sont moins utiles en mode Roi de la Colline. Ainsi même si vous devez jouer sur un héros sur lequel vous n’êtes pas trop à l’aise, connaître la carte vous permettra de vous sortir de mauvaises situations.

Avec cela, il vous faudra bien sûr connaître un minimum les héros du jeu. Blizzard a plutôt fait les choses bien en forçant les joueurs à devoir monter niveau 25 avant de pouvoir commencer les rankeds, histoire d’apprendre les bases du gameplay tout d’abord, mais aussi d’avoir une connaissance minimale des héros. Le mieux est cependant de vous rendre sur le champ de tir et d’essayer tous les héros pour connaître leurs capacités et éviter d’être surpris lors des parties. Overwatch ne comporte pas beaucoup de héros comparé à d’autres jeux du style, donc prendre en main 1 heure ou 2 heures les personnages est on ne peut plus bénéfique. Vous saurez alors que Chopper prend moins de dégâts lorsqu’il est en train de prendre sa potion de soins, que Doomfist récupère du bouclier lorsqu’il touche avec ses capacités, ce qui l’aide un peu dans les fights à survivre… des petites choses comme ça qui se remarque pas à moins d’avoir pris en main les personnages.

Pensez également à rester au courant des changements apportés par les mises à jour. Des notes de mise à jour sont affichés à chaque fois sur le launcher, avec les commentaires des développeurs sur les raisons des changements, ce qui est une excellente lecture à faire avant de se relancer dans le jeu (et tester les changements!). Ca arrive beaucoup trop souvent que des joueurs ne les lisent absolument pas ces notes et se font bien marcher dessus à cause de ça. Cas typique, le rework de l’ultime d’Ange était passé par dessus la tête de certains joueurs. « Comment ça tu peux plus ressuciter tout le monde ? Quoi, 30 secondes pour ressuciter quelqu’un? Mais c’est un scandale ! « . Et ça peut être assez frustrant et ironique de se faire gueuler dessus par un joueur qui connaît pas votre héros et vous dit que vous êtes nul dessus, le sommet de la bêtise. Bref, stay aware!

Pouvoir répondre aux besoins de l’équipe

J’entends par là que, comme sur ce que j’ai pu dire sur les rankeds de League of Legends, vous devez être capable de jouer tous les rôles. Attention, je ne dis pas tous les héros, mais bien les rôles, c’est-à-dire Attaque, Défense, Tank et Soutien. Le minimum serait donc de savoir jouer au moins un héros par rôle, et plus dans le ou les rôles que vous préférez. Le but est de pouvoir s’adapter aux choix de l’équipe adverse pour pouvoir mieux les contrer, mais aussi à ceux de votre équipe, en apportant des dégâts, du soin, des options de flank (action de contourner l’adversaire pour le mettre en déroute) et adopter la méta adéquate. Pour donner un ordre d’idées, la composition idéale est deux héros qui font du dégâts, deux soigneurs et deux tanks, avec bien évidemment des variantes au cours de la partie, ou selon le degré d’agressivité et de pression que vous voulez appliquer.

overwatch_mercy_fanart_by_alexnegrea-da0y27s
Ange est un des soutiens les plus appréciés dans le jeu, notamment pour son pouvoir de résurrection. Fan art de alexnegrea

Profiter du switch

Je vais insister sur ce point, le switch est une mécanique capitale dans Overwatch, le changement d’un seul héros dans une équipe peut parfois faire une très grande différence au cours d’une partie. Prenons deux exemples concrets, Tracer est un personnage de switch typique en cas de prolongations, car elle permet de continuer à contester le point le temps que votre équipe revienne à la charge. Ange est extrêmement utile dans ces conditions également grâce à sa Résurrection, permettant de gagner un temps énorme au lieu de faire tout le trajet pour revenir sur le point. Autrement, Symmetra est un personnage typiquement utilisé sur des points fixes en défense pour protéger des accès, mais surtout pour son téléporteur, extrêmement utile à l’équipe en défense pour revenir sur le point en vitesse. Si toutefois le point est capturé, le joueur prend souvent l’option de switcher sur un autre personnage, Symmetra devenant moins efficace sur des phases de Convoi ou sur les seconds points sur des cartes comme l’Usine Volskaya ou le Temple d’Anubis.

Il y a bien entendu de nombreux cas où le switch est intéressant, et c’est au fur et à mesure que vous jouez et que votre vision de jeu s’améliore que vous en ferez bonne usage. L’important est de ne pas trop attendre. Si vous jugez le switch nécessaire, faites-le, même si vous avez un ultime en réserve. N’hésitez pas d’ailleurs à conseiller vos alliés sur d’autre héros en cas de problème, ce qui me permet de rebondir sur le conseil suivant. Vous apprendrez au fur et à mesure que switcher peut parfois être bien plus bénéfique que se borner à garder son héros parce qu’on a l’ultime ou très bientôt. Cette dynamique d’analyse de l’équipe adverse sera importante au fur et à mesure que vous montez de niveau.

torbjorn_by_scebiqu-da2xolf
Torbjörn est, comme Symmetra, très intéressant pour la défense de point fixe. Fan art de Scebiqu

Communiquer avec vos alliés

En plus de la roue d’interactions et du chat écrit, Overwatch propose également un chat vocal, qui est bien souvent trop peu utilisé entre les joueurs en solo, et trop souvent bien utilisé pour insulter ses pairs. Si vous ne jouez pas avec vos amis, tentez un maximum d’utiliser les moyens de communication à votre disposition, que ce soit pour signaler un ennemi qui flank, pour dire que votre ultime est prêt, demander des soins, suggérer un autre héros, conseillez vos alliés, les motiver, etc. Même si vous êtes en escouade, pensez si vous n’êtes pas à 6 à passer sur le channel général de l’équipe pour pouvoir parler au reste de l’équipe.

A cause de la limite de héros, il arrivera sûrement que l’un de vos alliés choisisse le vôtre. Dans cette situation, soyez beau joueur, ne commencez pas à vous cracher à la gueule dès le début du match. Jetez un coup d’œil à sa carrière et les statistiques qu’il a sur ce personnage. S’il le joue majoritairement, faites-lui confiance, et attendez que quelques minutes se soient écoulées pour lui demander de switch si ça tourne au vinaigre. Dites vous cependant que si un de vos alliés switch, c’est soit parce que l’adversaire le contre trop bien, soit car il juge que l’équipe a besoin d’autre chose que son héros. Réfléchissez-y donc à deux fois avant de reprendre un héros abandonné par votre équipe.

Pensez également à parler en anglais, que ce soit en vocal ou à l’écrit, à moins que par chance votre équipe soit totalement française, sans quoi vous pourriez laisser à l’écart certains de vos alliés lors d’une attaque, et perdre inutilement de la force de frappe s’ils ne suivent pas. N’oubliez pas que certains personnages ont des noms différents en français et en anglais. Un petit rappel donc quand vous parlez des personnages:

  • Chacal (FR) = Junkrat (EN)
  • Fatale = Widowmaker
  • Ange = Mercy
  • Chopper = Roadhog
  • Faucheur = Reaper

Essayez au fur et à mesure de retenir le nom des zones sur les cartes. Cela aide beaucoup à communiquer rapidement la présence d’un ennemi ou autre. Par exemple, tous les choke points, le chemin d’entrée principal d’une carte tel que Hanamura ou Usine Volskaya est appelé main ou encore les highgrounds pour les zones en hauteur. Certaines particularités peuvent aussi être reprises pour parler d’une zone (exemple : 2e point d’Anubis, le côté droit des défenseurs est appelé dark, parce qu’il fait sombre, [merci captain Obvious])

genji_by_tsaoshin-da144on
Genji est un des héros les plus difficiles à maîtriser du jeu, mais son ultime est très fort dans les mains d’un expert et dévastateur si couplé avec d’autres ultimes comme le Marteau Pilon de Reinhardt. Fan art de TsaoShin

Une ranked se joue en deux manches, rien n’est jamais perdu

La motivation est importante et il faut avoir un bon mental pour jouer en ranked. Comparé à d’autres jeux où perdre une première manche violemment est un mauvais présage pour la seconde, cela ne se vérifie pas du tout sur Overwatch. Sur certaines cartes, l’attaque est plutôt favorisée par rapport à la défense et inversement. Les cartes Convoi sont par exemple les plus dures à défendre, car une fois que plusieurs défenseurs ont été éliminés, l’attaque va tenter de désynchroniser au maximum la défense pour avancer le plus rapidement possible. La défense n’arrive plus à les arrêter et se fait alors rouler dessus. Au contraire, Hanamura est une carte extrêmement avantageuse pour la défense, et ce, sur les deux points de la carte. Tout est possible donc, les deux équipes peuvent toujours finir à égalité ; alors si vous sentez que vos alliés perdent confiance, motivez-les et forcez-les à se concentrer sur le jeu, plutôt que de rager dans le chat.

21_days_of_overwatch___reinhardt_by_nakanoart-da2dr16
Reinhardt est un personnage extrêmement populaire, pouvant encaisser une quantité astronomique de dégâts, utile dans n’importe quelle composition. Fan art de nakanoart

Terminons avec un dernier conseil, plutôt destiné aux plus néophytes des joueurs de FPS.

Ne vous précipitez pas

Je vais faire un nouveau parallèle avec LoL. Avoir un niveau d’anticipation et de vision de jeu globale dans ce jeu est crucial pour pouvoir jouer correctement avec son équipe, et cela prend vraiment beaucoup de temps, même après avoir atteint le niveau 30, et il est devenu beaucoup plus difficile de solo carry ces dernières saisons. Tout comme sur LoL, un joueur d’Overwatch qui joue avec son équipe et qui joue sur les conditions de victoire qu’on lui a donné sera plus enclin à remporter ses parties qu’un joueur jouant seul, en décalé par rapport à son équipe, n’apportant pas d’avantage en tuant des ennemis car l’équipe n’est pas là pour le soutenir.

Ainsi, prenez votre temps pour faire vos parties de placement, ne forcez pas si vous faites deux défaites à la chaîne. Faites une pause, ou alors changez vous les idées en partie rapide. Apprenez surtout à savoir qui est autour de vous, qui est mort chez vous ou en face pour savoir quand reculer ou avancer sur la carte, et toujours garder un œil sur les ultimes de vos alliés pour lancer l’assaut au moment opportun.

Voilà, je crois que c’est à peu près tout pour ce que j’avais de plus important à dire pour se lancer en ranked et accroître au mieux ses chances de victoire. Si vous terminez vos parties de placement, vous obtiendrez un tag et une icône de la saison, ainsi que des points de compétition, qui vous permettront d’acquérir les armes dorées de vos personnages préférés!

Je verrai si je réaliserai également un article sur les façons de s’améliorer sur Overwatch en terme de mécaniques et de skill individuel, ici j’ai voulu insister surtout sur ce qui permet d’améliorer sa façon de jouer en ranked dans une équipe.

Merci à vous d’avoir lu jusqu’au bout cet article, n’hésitez pas à partager également vos conseils si vous voulez, ainsi qu’à partager l’article à vos amis joueurs d’Overwatch!

A la prochaine, sur le blog ou en jeu, héros!